Section de St-Jean-d'Angély

Section de St-Jean-d'Angély

La différence entre girouette et éolienne

Le vendredi 14 juin avait lieu l’inauguration des 5 éoliennes installées sur les communes de Bignay et de Mazeray, à laquelle participaient des représentants de la section du Parti Socialiste de Saint-Jean-d’Angély, Françoise Mesnard en tête, qui ont toujours été favorables et ont soutenu de tels projets sur notre territoire, selon la définition des zones de développement éolien.

Cette inauguration, qui se déroulait durant la journée mondiale de l’éolien, se voulait avant tout festive mais également pédagogique et ce rendez-vous a été véritablement couronné de succès.

Mais le spectacle était agrémenté de quelques effets comiques en entendant en particulier, au moment des discours, la vice-présidente du Conseil Général, Corinne Imbert, déclarer toute sa fierté d’inaugurer ces éoliennes.

En effet, à ce moment précis elle ne se souvenait absolument pas que 9 mois plus tôt, le 14 septembre 2012 exactement, au Conseil Général, elle avait voté contre le schéma régional éolien et contre la création de la zone éolienne à la pointe du Verdon. Dominique Bussereau, farouche opposant des éoliennes, avait cependant, hélas pour lui, été mis en minorité sous la pression des conseillers généraux socialistes et apparentés et des élus radicaux de gauche.

L’autre aspect comique fut de constater la présence de membres de la majorité du conseil municipal de Saint-Jean-d’Angély, dont le Maire n’a de cesse de fustiger l’installation de ce parc éolien parce qu’il défigure la vue sur la Ville.

Et c’est alors que la citation d’Edgar Faure sur la girouette et le vent prend toute sa dimension…

Communiqué de presse – Bravo, Monsieur le Maire !

Un article de Sud Ouest du vendredi 17 mai nous apprend que le Maire de Saint-Jean-d’Angély recrute un éducateur de rue pour faire face à l’augmentation de 18,5 % des actes de violence en un an dans la Ville.

Ce résultat témoigne de l’échec manifeste de l’action du Maire depuis 5 ans dans le domaine de la sécurité malgré des investissements financiers importants : caméra de vidéo-surveillance, doublement des effectifs de la police municipale, Conseil de prévention de la délinquance,…

Ce résultat est aussi la conséquence de la fermeture du Centre Social qui accueillait 350 adhérents parmi les Angériens les plus en difficulté et qui menait un travail de prévention et d’insertion très important avec une équipe de 5 animateurs.

Aujourd’hui il est à craindre que cet unique animateur de rue se retrouve bien seul à régler les problèmes que le Maire a contribué à créer par sa méconnaissance totale des besoins réels de notre ville.

Encore une fois, Bravo, Monsieur le Maire. Les Angériens vous remercient.

Françoise MESNARD

Tribune de l’opposition municipale – Février 2013

Un Maire en panne

La présentation du budget 2013 a mis une nouvelle fois en évidence l’absence de projets concrets pour redresser la Ville.

Depuis 5 ans, le Maire s’entête à attendre en vain la venue d’entreprises extérieures quand l’urgence est d’aider les entreprises, les créateurs de notre territoire et de structurer la filière de transformation agro alimentaire.

Le Maire a laissé la Maison de l’Emploi du Pays disparaître alors que c’était un outil important de soutien aux entreprises.

Le Maire continue de maltraiter les associations dont plusieurs ont disparues alors que la Ville a besoin de leurs dynamismes.

Le Maire n’a pas tenu compte de nos propositions : nouveaux lotissements, réhabilitations des maisons et de commerces du centre ville avec la Semis, …

Un maire ne peut se contenter de dire que c’est la faute à la crise ; il se doit d’avoir une vision d’avance pour construire des perspectives d’avenir. Au contraire, malgré ses promesses, rien ne s’est passé depuis 2008 et rien ne se passera en 2013.

L’opposition attend son heure

Fontenet, Communauté de communes, municipales, TGV… Françoise Mesnard répond à « Sud Ouest ».

936776_22484219_460x306

Françoise Mesnard (ici lors de la visite de Ségolène Royal à Saint-Jean-d’Angély en novembre dernier) trouve que le maire « fait fausse route ».(Photo Philippe Brégowy)

Quelques heures après que le maire angérien a présenté ses vœux aux forces vives de Saint-Jean-d’Angély (lire notre édition de mardi), Françoise Mesnard (tête de liste de l’opposition municipale après le retrait de Jean Combes en 2008) a accepté de répondre à nos questions (1).

« Sud Ouest ». Qu’avez-vous pensé des vœux du maire ?

Françoise Mesnard. Nous avons une vraie divergence de vision. Il continue à penser que le salut viendra de l’extérieur. Il compte assurer la prospérité de la ville avec l’apport d’entreprises extérieures. Il fait fausse route. Depuis cinq ans, on ne voit rien venir.

Moi, je considère que l’on doit avant tout compter sur nos propres forces. Nous avons ici des porteurs de projets de talents qu’il faut soutenir et accompagner, comme la Région a pu le faire avec la Nouvelle Reine friande par exemple. De plus, la municipalité, malgré son Agenda 21, ne fait pas grand-chose pour aider les Angériens à faire des économies pour leur chauffage par exemple. J’avais proposé une Maison de l’énergie mais je n’ai pas eu de suite.

Vous misez sur le secteur de l’agroalimentaire ?

Je ne vois pas d’autres pistes. Nous avons ici des compétences dans ce secteur. Nous allons d’ailleurs recruter un chargé de mission pour aider sur ce dossier.

Que pensez-vous du report de la prison de Fontenet ? De l’arrêt du projet TGV passant par Saint-Jean-d’Angély pour relier Royan ?

Pour Fontenet, je laisse Catherine Quéré s’exprimer. Pour le TGV, je vous annonce que nous allons avoir prochainement une réunion à Poitiers, avec les représentants politiques des Deux-Sèvres au sujet de l’électrification de la ligne Saintes-Niort.

La mairie de Niort ainsi que le Conseil général sont d’accord pour participer au financement des travaux. Cela va être inscrit dans le contrat de plan État-Région.

En revanche, vous êtes en phase avec Paul-Henri Denieuil pour la méga Communauté de communes ?

Effectivement, je suis d’accord avec lui sur ce sujet. Mais j’ai imposé des conditions, notamment pour le fonctionnement de cette structure. J’aimerais qu’elle fonctionne en session comme le Conseil régional ou le Conseil général et que chaque chef-lieu de canton dispose d’une permanence.

Où en êtes-vous des municipales ? Serez vous candidate en mars 2014 ?

Je suis très sollicitée par des Angériens pour construire une alternance pour redresser la ville. Je mène une consultation avec le soutien de Jean-Yves Martin. Je prendrai ma décision après les vacances d’été. Si je me présente, les dossiers seront prêts à mettre en œuvre dès la première année.

(1) L’entretien a eu lieu samedi matin.

http://www.sudouest.fr/2013/01/17/l-opposition-attend-son-heure-936776-655.php

Bonne année 2013

voeux

La section du Parti Socialiste de Saint-Jean-d’Angély vous souhaite une bonne année 2013.

Pour débuter cette année de manière ludique, je vous invite à trouver quelle est la camarade de notre section dont le visage apparaît sur la carte de voeux d’Harlem Désir. Le ou la gagnant(e) sera invité(e) à participer à notre prochaine réunion de section.

Tribune de l’opposition municipale – Décembre 2012

Le point sur le projet de prison de Fontenet

Nous avons tous à coeur de voir le projet de la prison de Fontenet aboutir ; mais, contrairement à ce qu’affirme le Maire, ce projet était loin d’être finalisé par l’ancien gouvernement.

Aucun calendrier n’avait été fixé car le projet avait été repoussé dans « une deuxième vague » de construction de prisons dont les études n’avaient pas été lancées.

Par ailleurs, Michel Mercier, l’ancien Ministre de la Justice « avait précisé que la construction de la prison se ferait dans le cadre d’une convention de partenariat public-privé »

Sous ce titre innocent, ce partenariat consistait à faire construire des bâtiments publics par des sociétés privées qui les louaient ensuite très cher à l’Etat ; à titre d’exemple, le futur Tribunal de Paris « dont le coût était de 671 millions d’€ devait être loué 90 millions d’€, ce qui au terme du contrat de 27 ans, aurait coûté 2,7 milliards d’€ à l’Etat ».

Le choix d’un financement par l’Etat est donc un choix de bon sens d’économie de l’argent public.

Notre députée, Catherine Quéré, travaille depuis plusieurs mois avec le Ministère de la Justice pour faire aboutir ce projet porteur d’emploi pour notre territoire.